La truite, le poisson d'eau douce par excellence

la truite arc en ciel en photo

Un poisson de rivière mythique, et record en termes d'adeptes, car c'est celle qui est la plus recherchée, et la plus piquée dans les eaux territoriales Française, ses nombreux fans se comptent par centaines de milliers. Vive, nerveuse et combative, elle est robuste par rapport à sa taille, et vous donnera du fil à retordre par sa tenacité, en effectuant des bonds records au-dessus de l'eau, secouant violemment corps et tête dans tous les sens. C'est en capturant les plus grosses truites qui dépasseront le kilo, que vous vous rendrez compte de ce que je veux dire. A l'instar de maître brochet, ses sauts prodigieux pour essayer de se défaire de l'hameçon, vous feront attraper sueurs et palpitations. Dotées de robes magnifiques, les deux races peuplant nos rivières, sont sans détours à classer, parmi les plus belles espèces de poisson d'eau douce qui soient. Affectionnant tout particulièrement les eaux vives, et tumultueuses, elle se postera plus volontier dans les forts courants, ou juste à leurs sortis, là où l'eau sera le plus fortement oxygénée.

La truite de rivière ou fario

Troutfisher at version Anglaise Wikipedia [GFDL]

Une superbe Fario

La truite fario est l'espèce indigène de nos rivières, dont elle était à l'origine, l'exclusive représentante, bien avant l'introduction de sa cousine américaine, l'arc-en-ciel. Très facilement identifiable grâce à sa belle tenue irisée, et tachetée de noir, de rouge et jaune, c'est un magnifique salmonidé qui est très prisée par les pêcheurs de toutes les nationalités. C'est un poisson exclusivement carnassier,  mais qui parfois opportuniste en cas de disette, ne refusera pas un hameçon garni de pâte, mais cela restera toutefois en de rares occasions, qui ne concerneront uniquement, celles issues de la pisciculture destinées aux lachers.

Les meilleurs appâts pour la fario

Amatrice de bonne chair, la véritable fario sauvage, ne se laissera pas tenter par le pain, ou le maïs. Il faudra plutôt pour la décider à mordre, se procorer des appâts vivants et bien remuant, car c'est une chasseuse dans l'âme. Donc privilégier, les larves de rivière, les vers de terre, les tous petits poissons, gammares et autres insectes adultes, comme la sauterelle en été, qui reste de très très loin, le meilleur des appâts à truite. Vous trouverez dans le dossier consacré à la pêche à la sauterelle, toutes les informations détaillées sur le montage de cette technique ultra efficace, puisque grâce à elle, aucunes tachetées si grosses soient elles, ne pourra y résister, une sauterelle bien présentée est un véritable plat de roi, et un festin, pour absolument toutes les espèces de  salmonidés, y compris l'omble et le saumon de fontaine . Il y a peu de connaisseurs, et c'est assez regrettable, qui s'intéressent ou pratiquent encore de nos jours, la pêche aux appâts naturels, qui s'avère vraiment attractive, associant la découverte des biotopes, au plaisir des belles captures. Une autre technique très prenante, se pratique avec de petits vifs comme le vairon, qui lui est toujours associé, et qu'elle semble fort apprécier.

L'espèce arc-en-ciel

truite arc en ciel vue de haut

Presque tout autant appréciée que sa parente, elle nous vient tout droit du continent nord américain, d'où elle est la souche principale. Caractérisée elle aussi par une jolie robe aux couleurs roses et bleux pastels, elle est rentrée en concurrence directe avec notre souche sauvage depuis son introduction en rivière, mais sans pour cela lui nuire outre mesure. Moins carnassière cependant que la fario, l'arc-en-ciel appelée aussi truite américaine, a un régime alimentaire un peu plus souple, ayant un peu tendance à avaler tout ce qui passe à la portée de sa bouche lorsqu'elle a faim.

Comment la prendre

Deux arc en ciel capturées au couché du soleil

En ce qui concerne son alimentation comme vue légèrement plus haut, elle est beaucoup moins sélective que la fario, et aura même tendance à être un peu plus vorace, allant parfois jusqu'à avaler certaines algues et mousses, comme le font couramment les gardons, et nombres d'autres poissons d'eau douce, considérés plutôt comme des espèces fourrages. On pourra donc la prendre bien souvent, en utilisant les mêmes appâts que pour ces derniers, ainsi qu'avec tout ce que vous pourrez trouver dans l'eau, en cherchant sous les pierres notamment, où se dissimulent la plupart des larves d'insectes, comme les trichoptères et les éphémères. Les lombrics, les asticots (en deuxième catégorie), pourront eux aussi faire de très bons appâts à truite arc en ciel. Beaucoup moins regardante que la fario, elle se laissera facilement convaincre par de belles bouchées constituées de pâte ou de mie.

Un Montage efficace à connaître sur cette page : Ouverture de la truite

Leurres et cuillers à truite

Leurres en caoutchouc, balsa, et autres cuillères polychromes ne manquent pas, le plus dur sera de choisir. Là aussi l'expérience du pêcheur rentrera en ligne de compte, et chacun aura son, ou ses modèles de prédilection, pour réussir. Pour ma part, je suis convaincu que la plupart des leurres, peuvent être efficaces, le tout étant de bien animer ces derniers, puisse la plupart du temps, la truite ne s'y jettera que par pur instinct de prédation. Depuis la naissance des cuillers mepp's à la fin des années trentes, les rangs des fario ont pris un sacré coup dans le bide, ne sachant toujours pas résister aux vibrations de leurs palettes magiques. C'est donc sans hésitations aucunes, que vous employerez ces dernières pour la traque des mouchetées, avec une préférence pour la comet à points rouges numéro 1, couleur argent par temps clair, et or par temps orageux. Trouvez-les toutes ici

Une arc en ciel postée en surface

Lorsqu'elle est tranquillement postée, juste sous la surface, comme c'est le cas avec l'image ci-dessus, c'est parce qu'elle est en train d'attendre qu'un insecte tombe à l'eau pour s'en saisir. Dans ce cas précis, se sera alors à la mouche artificielle, ou à la sauterelle, que vous la ferez mordre sans mal.