Le goujon, mode de vie et technique de pêche

gougon

Ce joli petit poisson de rivière, reconnaissable à ses barbillons, apprécie grandement les eaux vives et rapides en règle générale. Très prisé des gourmets, amateurs de fritures, il dispose d'une chair très délicate en palai, se révélant juste farinée et passée dans l'huile bien chaude. Le goujon, toujours bien présent dans les rivières et les cours d'eaux de France, est issue d'une espèce grégaire, qui préfère se poster dans les sorties de courant, où tapis sur les fonds de graviers en compagnie de ses nombreux congénères, il attend les petites proies qui pourront passer à sa portée. Annonçant par sa présence la bonne qualité de l'eau, c'est un poissonnet fragile, ne s'adaptant qu'aux eaux claires et bien oxigénées des torrents. Les lacs ou autres lieux saumâtres des étangs ne sont pas fait pour lui.

Les bons appâts

Le goujon est un petit carnassier, et pour le capturer, il faudra par conséquent se conformer à son régime alimentaire, qui se compose de vers de vases, larves de moustiques, et divers autres appâts naturels strictements carnés. C'est en grand nombre que ces appâts tapissent généreusement les lits de nos rivières, et il ne sera donc pas difficile de les récolter sous les pierres, ou en brassant le gravier. 

goujon en gros plan

By Gilles San Martin (originally posted to Flickr as Gobio gobio) [CC-BY-SA-2.0], via W. C.

Montage goujon

De nature assez méfiante, il faudra pour tromper sa vigilance, le leurrer avec beaucoup de finesse.

Pour correctement le pêcher à la ligne, vous allez devoir disposer sur votre canne, du fil extrêmement ténue, un 0,08 centièmes fera parfaitement l'affaire. Ensuite, une petite plume, accompagnée de deux ou trois grenailles pour bien la stabiliser, et un mini hameçon de taille 20 à 24, parachèveront votre montage à goujon. Il vous faudra en revanche, bien sonder la profondeur, car c'est une espèce qui aime particulièrement rester scotcher au fond de l'eau en permanence. Il faudra être attentif pour le piquer, et ferrer à chaque arrêts suspects de votre plume, sa bouche étant minuscule et sa touche particulièrement timide, voir imperceptible.

Goujon posté dans le courant