Le pageot

By riblje oko.hr [GFDL 1.3 or CC-BY-SA-3.0], lien

Le pageot fait partie des espèces regroupants les sparidés, au même titre que le sar ou la dorade, mais il est beaucoup moins dur à leurrer que cette dernière, et mort volontier sur la plupart des vers de mer. Très présent en Méditerranée en grands bancs, il préfère les fonds passant les quinzes mètres, mais il ne sera toutefois pas impossible de piquer du bord, quelques individus plus isolés. Le pageot commun ci-contre, reconaissable aisément avec à ses superbes reflets irisés de beaux points bleux. Un poisson excellent.

Savoir le pêcher

Comme vue précédement il n'est pas farouche, et une simple calée coulissante ou non, mais toujours à fond, fera fort bien l'affaire. Un fil  principal en 28, avec un bas de ligne en 26, une perle, une olive, un émerillon baril, puis un hameçon simple numéro 12 à 6 pour parachever le montage, dont le croquis se trouve ci-dessous. Les appâts à privilégier seront les vers américains, les cordelles fines méditerranéennes, les moules, les esques...

Shéma du montage pageot

Une autre espèce, le pageot acarné ou beaux yeux à Marseille est plus flûet, beaucoup moins robuste et coloré que le commun, il est tout aussi répandu dans le midi, notamment du côté de L'estaque, et tout le long de la côte bleue, Carry-Le-Rouet, Sausset-Les-Pins, Ensues, etc... Il vis lui aussi entouré d'une myriade de congénères, ce qui entraîne souvent des quantités de prises. Il mordra également à tous les mets vivants ou en chair que vous lui présenterez.