La pêche au sandre

Le sandre (Sander lucioperca) est un poisson, que l'on trouve aussi bien en rivière, qu'en lac. Il est très convoité par les pêcheurs, certains lui vouant une véritable passion, au points qu'ils centreront leur loisir sur cette seule espèce. Contrairement à son cousin le brochet, il est assez grégaire, et aime bien la proximité de ses congénères. Il vit en groupe de nombreux individus, durant les premières années de sa vie. Le nombre des sandres qui constitueront un groupe ou banc, aura tendance à régresser avec la maturité et les années passants.

C'est à dire, que plus ils vont grossir, et plus ils vont avoir tendance, à minimiser les individus constituant leur groupe. Cette pratique le conduira jusqu'à la solitude, pour les plus gros spécimens. Il est lui aussi un poisson carnassier, que sa nature poussera à chasser couramment en meute, constituées de sujets aux tailles à peu près similaires. Agressifs, ils traquent, débusquent, mordent, avalent d'un trait, ou blessent leurs proies, au cours de parties de chasses, qui sont dites, frénétiques, et dont un maximum de petits blancs, ou menu fretin, feront les frais. Après cette frénésie alimentaire, faite de longues poursuites arassantes, certains d'entre-eux, généralement les plus gros, moins enclin à se fatiguer avec l'age, auront tendances à rechercher sur le fond, ces proies faciles, fraîchement blessées ou tuées, pour s'en repaitre sans trop dépenser d'énergie. C'est pour cela qu'il n'est pas rare, de voir certains pêcheurs, calés leurs lignes au poisson mort, pour prendre les plus gros sandres. Ce comportement intrinsèque, poussant à se tenir près du fond les plus gros sujets, qui deviennent de véritables opportunistes avec l'âge, afin de bénéficier des retombées des plus jeunes, n'a été noté que chez le sandre.

Montage pour le sandre

Photo de deux beaux sandres Un montage des plus simples a permit de réaliser ces deux jolies prises. Ainsi sur un corps de ligne en 28 centièmes, on a enfilé une olive de quinze grammes suivit d'un petit émerillons à barillet. Le bas de ligne quant à lui, toujours en 28 centièmes, et se terminant par un hameçon simple numéro 4. Les appâts, de petits blageons (vifs) de 8 à 10 centimètres qui devaient séduire les 2 beaux comparses ci-contre. L'endroit de la rivière où ils se tenaient à l'affut de quelques poissonets, présenté une grosse cassure dans son cours, formant un trou d'eau calme et beaucoup plus profond. ils étaient là à l'abrit du courant et pouvaient voir tout ce qui arrivait à portée. Ce poste à sandre donna par la suite d'autres très belles captures, puisse qu'en Novembre mille neuf quatre vingt quatorze, deux pêcheurs locaux, sortirent un pièce de plus de 8 kilos de ces eaux, déjà pas mal pour une petite rivière   .

Un des meilleurs coins du Var

Ces deux jolis spécimens furent sortis de l'eau et mis au sec, à Carcès dans le Var (83), dans la rivière de l'Argens en Juillet 1992 aux environ de 8H30 par un temps sec et légèrement brumeux. Ce beau petit village perdue dans la garrigue, et très pittoresque, qui se situe à peine à vingt minutes de la ville de Brignoles, est connue depuis des années, pour être un haut lieu de la peche au sandre et à la carpe. Les rivières de l'Argens et du Caramy qui le traversent sont deux merveilles de la nature, où bien être et plaisir des yeux prennent tout leurs sens, et se conjuguent à l'infini. C'est d'ailleurs aux bord d'une de ces splendides rivières que j'ai moi même contracté le virus de la pêche en eau douce étant plus jeune, une sensation que même des années plus tard, je ressents encore comme si c'était hier. Le paysage est reposant, et l'on ne peut que tomber amoureux de ce petit coin de paradis perdu. Mais ce n'est pas tout, car vous trouverez aussi juste à la sortie de l'agglomération, comme planté au milieu de nul part, le grand lac de retenue, fort bien peuplé en poissons carnassiers, et blancs divers, qui vivent en parfaite harmonie. Un pays où chaque passionné aimerait vivre, au beau milieu de l'eau, tout simplement.

Les postes à sandre

Généralement, il aime bien se tenir dans les recoins assez encombrés, afin de pouvoir s'y dissimuler. Les troncs d'arbres, et autres branchages immergés, feront son bonheur. Les anses des lacs, et des rivières, seront eux aussi de très bons postes à sandre, à prospecter. Lorsqu'il chasse on pourra le retrouver n'importe où, à proximité de ces proies. Lorsque l'on arrive sur un poste à sandre, ou à poissons carnassiers en général, on doit le faire, le plus discrètement possible, car il faut toujours commencez par prospecter, les bords directs de vos lancets, car il aime souvent se tenir en embuscade près de ceux-ci, pour se jeter sur le premier vif qui passera. J'ai pu assister parfois, au manège de gros individus, qui longeaient les berges des rivières, ou les rives des lacs, pour rechercher de la nourriture. Les pêcheurs rompus à sa capture, vous diront de le traquer, partout où l'aspect des bords sortira de l'ordinaire. Les hauts fonds sont eux-aussi des postes, où vous ne devrez pas hésiter à faire passer, et nager vos leurres.

Sandres posés au fond de l'eau

Par Engbretson, Eric / U.S. Fish and Wildlife Service ([1]) [Public domain] photo éditée sur wipikédia

Nature Top 100